L’accès à l’autonomie

Devenir un adulte autonome et indépendant en France est de plus en plus complexe. L’accès au premier emploi est de plus en plus tardif. Le chômage des jeunes augmente. L’accès au premier logement est difficile. Et la plupart des aides sociales ne concernent pas les jeunes de moins de 25 ans. La famille joue un rôle très important dans l’accompagnement de ce passage; les jeunes qui ne peuvent bénéficier d’un soutien familial sont particulièrement fragilisés.

 

Il est demandé aux jeunes adultes quittant la protection de l’enfance de faire plus et plus rapidement que les autres jeunes.

 

Après un accueil dans la durée, SOS Villages d’Enfants a des responsabilités envers les jeunes qu’elle accompagne. Elle a la responsabilité de les préparer le mieux possible à l’entrée dans le monde du travail avec un niveau de formation satisfaisant, à une vie autonome avec les compétences nécessaires (gérer un budget et maîtriser les actes de la vie courante, prendre soin d’eux-mêmes, se constituer leur propre réseau relationnel…). De plus, l’association reste disponible, même après la fin de leur prise en charge, pour apporter des conseils, une aide dans certaines démarches, un soutien financier pour réaliser un projet ou faire face à une situation d’urgence.

 

SOS Villages d’Enfants a également un rôle pour sensibiliser et alerter les décideurs et l’opinion publique sur les enjeux de la transition vers la vie adulte et les difficultés rencontrées par les jeunes.

 

En 2011, l’association a pris des engagements auprès de l’ENCJ pour améliorer l’accompagnement vers l’autonomie, notamment autour de deux approches. La première, rendre le jeune acteur de son parcours. La seconde, favoriser sa réussite scolaire (cf. Pygmalion).

 

Pour préparer les jeunes qu’elle accueille à l’autonomie, SOS Villages d’Enfants propose des possibilités de prise en charge intermédiaires entre le village d’enfants et la vie autonome : appartements, espaces de transition, maison d’accueil des adolescents.

Dans le monde : un accompagnement vers l’autonomie dès l’âge de 15 ans

Si les modalités peuvent différer selon les pays, l’objectif est le même : proposer aux adolescents un parcours personnalisé vers la vie d’adulte, de l’encadrement dans un foyer au suivi en semi-autonomie dans un appartement.

 

En Afrique et en Asie, les foyers, accessibles dès l’âge de 15 ans, se situent souvent à proximité des villages SOS ou au sein d’une grande ville (comme à Bamako, au Mali) afin de faciliter la poursuite des études et une insertion professionnelle réussie. Au Rwanda, une structure d’encadrement dédiée aux adolescents accompagne 129 jeunes, 64 filles et 65 garçons. 10 % d’entre eux font des études universitaires.

Formation et  insertion professionnelle

À Antananarivo, capitale de Madagascar, un service d’insertion sociale et d’orientation professionnelle (SISOP) prend en charge 140 jeunes au sein de trois foyers et sept logements intermédiaires. Un accent particulier est mis sur la formation, notamment dans des secteurs porteurs comme la gestion, l’informatique, l’agronomie ou le tourisme. Les jeunes peuvent être hébergés dans un foyer de SOS Villages d’Enfants mais il existe d’autres possibilités en fonction des études poursuivies : à Raipur, en Inde, par exemple, le village SOS accompagne 22 adolescents dont 10 sont en internat dans des établissements extérieurs.

 

Rappelons que les jeunes bénéficient tous d’un accompagnement personnalisé par les équipes de SOS Villages d’Enfants pour les aider à accéder à l’autonomie, gage d’entrée dans la vie d’adulte.

Publications et contributions

  • Les cahiers SOS n°5 : Quel horizon pour les jeunes majeurs sortant de la protection de l’enfance ? (2009)
  • Participation à la campagne de SOS Villages d’Enfants International I Matter (2009-2013)

 

SOS Villages d’Enfants a également apporté sa contribution au rapport de l’ONED : Entrer dans l’âge adulte, préparation et accompagnement des jeunes à l’issue d’une mesure de protection (2009).