Les Droits de l’enfant, pilier de notre action

SOS Villages d’Enfants milite au quotidien en faveur de la protection des droits de l’enfant en tant que droits fondamentaux, dans le respect de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE).

 

SOS Villages d’Enfants International, implantée dans 134 pays, développe de multiples programmes citoyens, adaptés aux contextes locaux, pour promouvoir les droits des enfants et garantir l’accès des enfants à l’éducation, la formation (pratiques pédagogiques), la santé mais aussi renforcer les familles pour assurer le bon développement de leurs enfants, même si ces derniers peuvent être séparés de leurs deux parents.

 

Quel que soit le niveau d’intervention (local, national ou international), le point commun entre toutes les actions est l’engagement pour la promotion, la protection et la défense des droits de l’enfant pour les enfants du monde.

 

A l’international : priorité au plaidoyer pour les droits de l’enfant

SOS Villages d’Enfants International développe des activités de plaidoyer en faveur des droits de l’enfant et s’engage, dans l’intérêt supérieur de l’enfant, pour améliorer la situation des enfants bénéficiant d’une prise en charge alternative (niveau de vie suffisant, meilleur état de santé possible, éducation, etc). Elle dispose de représentants auprès des organismes internationaux qui sont également actifs dans des réseaux associatifs internationaux (Eurochild – Bruxelles -, Child Rights Connect – Genève) …). Elle dispose d’un statut consultatif aux Nations Unies et au Conseil de l’Europe et a contribué à la réalisation et la diffusion de textes relatifs aux droits des enfants :

En France : déclinaison concrète des droits de l’enfant sur le terrain de la prise en charge alternative

Le droit de l’enfant à vivre en famille (préambule de la CIDE)

L’enfant, pour l’épanouissement harmonieux de sa personnalité, doit grandir dans le milieu familial, dans un climat de bonheur, d’amour et de compréhension.

Le socle affectif sur lequel SOS Villages d’Enfants prend appui pour favoriser le développement harmonieux des enfants, se décline au quotidien par :

  • l’opportunité de continuer à vivre avec leurs frères et sœurs, lorsque cela est possible ;
  • la stabilité du cadre de vie des enfants, fondée sur la conviction qu’une relation durable avec un adulte de référence (l’éducatrice familiale ou « mère SOS ») est nécessaire au développement de l’enfant ;
  • le maintien des liens avec la famille de l’enfant. (CIDE articles 8, 9, 18).

L’intérêt supérieur de l’enfant est une considération primordiale (CIDE article 3)

L’intérêt supérieur de l’enfant prime dans tous les actes de la vie quotidienne et toutes les décisions qui concernent son développement et son avenir.

Le droit à la participation et la liberté d’expression (CIDE articles 12 et 13)

Collective : en allant au-delà de ce que prescrit la loi du 2 janvier 2002, avec les EVCJ (Espace en Villages de Consultation des Jeunes) et l’ENCJ (Espace National de Consultation des Jeunes ;

Individuelle : l’enfant accueilli en village d’enfants SOS est associé à l’élaboration de son Projet d’Accompagnement Personnalisé (PAP), révisé régulièrement (CIDE article 25).

Le droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion (CIDE article 14)

Partenariats pour les droits de l’enfant

En France, SOS Villages d’Enfants France est membre du Comité d’entente pour la protection de l’enfance du Défenseur des droits. Elle développe également un partenariat avec la CNAPE (Convention Nationale des Associations de Protection de l’Enfant) autour de la question de la formation des professionnels. A l’occasion du 25e anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant, SOS Villages d’Enfants et la CNAPE ont publié un document pour que les droits de l’enfant soient pris en considération dans le cadre de la protection de l’enfance.