Les mots pour grandir - SOS Villages d'Enfants

Les mots pour grandir

Johnny a appris à mettre des mots sur ses émotions et ses réflexions. Un talent qu’il partage, notamment avec les jeunes de son ancien village d’enfants SOS de Persan.

 

En janvier 2020, Johnny, 23 ans, faisait face à une dizaine d’enfants et d’adolescents du village d’enfants SOS de Persan. Il y tenait une formation d’initiation sur l’éloquence.

 

“Je vais vous apprendre les fondamentaux de ce qu’on appelle l’art oratoire. S’exprimer correctement, c’est savoir construire ses phrases et utiliser les bons mots, mais cela passe aussi par la posture que l’on adopte, le ton de la voix, le regard…”.

Son auditoire du jour était d’autant plus attentif que Johnny est un ancien du village d’enfants SOS de Persan où vivent encore sa petite sœur de 18 ans et ses petits frères, jumeaux de 13 ans.

« J’ai souvent eu des difficultés à transmettre mes idées aussi précisément que je le voulais, reconnaît le jeune homme. En arrivant à l’université, lors d’événements auxquels j’assistais, j’ai été impressionné par les qualités oratoires de certains. Depuis j’ai appris ! Je suis même devenu formateur pour l’association Eloquentia et j’exerce en auto-entrepreneur en tant que formateur indépendant ». La vie associative tient d’ailleurs une place centrale dans la vie de Johnny. Il est ainsi Secrétaire général de Tous Orateurs !, structure qui rassemble des personnes appréciant l’art oratoire et est le président de Start’in Sorbonne, association d’étudiants intéressés par l’entrepreneuriat.

Johnny n’est pas encore fixé sur la voie professionnelle qu’il entend emprunter. “Communication, entreprise, politique… tous ces sujets m’intéressent”. En attendant, il poursuit son Master II de Philosophie Politique et Éthique à la Sorbonne et prépare, à distance, un Diplôme Universitaire en Rhétorique.

Un beau cursus pour celui qui assure avoir toujours apprécié l’école. “J’étais un enfant apaisé, pourtant je cachais mon statut d’enfant placé, se souvient-il. Je n’avais surtout pas envie que l’on me prenne en pitié, je redoutais le regard qu’on aurait porté sur moi…”

 

S’OUVRIR AUX AUTRES

 

C’est en avril 2009 que le jeune homme a été placé avec sa sœur au foyer Le Renouveau de Montmorency. Les jumeaux, eux, n’avaient que 12 mois et ont rejoint la pouponnière de la Fondation Paul Parquet à Neuilly-sur-Seine.

“Un an avant notre placement, notre mère qui nous élevait seule avait bénéficié d’une aide à domicile et d’un suivi par les services sociaux. Cela n’a pas suffi… Elle ne nous a jamais maltraités, au contraire, elle a toujours fait de son mieux mais elle souffre de schizophrénie ce qui réduisait sa capacité à nous éduquer convenablement”.

Johnny et sa sœur rejoindront le village d’enfants SOS de Persan le 2 janvier 2011 suivis, quelques semaines plus tard, par les jumeaux. Les deux grands avaient souvent manifesté le souhait de vivre à nouveau avec les petits, voilà qui était fait.

“J’ai le souvenir d’un accueil chaleureux, d’un repas au McDo aussi [Rires], raconte Johnny. Ce qui comptait bien plus que tout le reste (la maison, la chambre, le village…) c’était de retrouver mes frères. En fait, je n’étais pas particulièrement heureux de quitter le foyer où j’avais mes copains, mes habitudes. Il m’a fallu un peu de temps pour apprécier la nouvelle vie que m’offrait le village d’enfants SOS”. En tant qu’aîné, Johnny a alors tendance à jouer le rôle d’un père de substitution. “Je voulais protéger ma fratrie. Cela me semblait juste et nécessaire de pallier l’absence de nos parents. J’ai dû apprendre à vivre aussi pour moi”.

 

S’il est un adolescent facile, bon élève et agréable, Johnny, qui a toujours aimé débattre, reconnaît avoir eu des échanges vifs avec ses éducatrices familiales à propos du maintien des liens avec les membres de sa famille. “Je me suis battu pour préserver et renforcer les échanges avec notre mère. De la même manière, je ne voulais pas que les petits appellent les éducatrices familiales “tata” et encore moins “maman”. Les éducatrices familiales apportent beaucoup d’attention et d’amour et grâce à l’équipe du village, nous avons grandi dans un cadre stable et rassurant mais elles ne remplacent pas des parents. Je craignais une sorte de déracinement, d’oubli… Aujourd’hui, même si je suis toujours derrière eux, je m’inquiète moins car j’ai une réelle confiance dans les deux accueillantes présentes au quotidien”.

Au début de son placement, Johnny espère rentrer rapidement chez lui. Mais il comprend peu à peu que le cadre du village d’enfants SOS lui est plus bénéfique. “Même si dans mon discours, je réclamais de vivre avec ma mère, j’étais aussi très lucide sur la vie sociale, les jeux, les copains, le suivi scolaire, médical, etc. que j’avais au village. Je savais quelque part que cela n’aurait pas été la même chose avec elle. Je ne la montrais pas mais j’ai longtemps ressenti une colère en moi. Peu à peu, j’ai appris à ne plus vivre le placement comme quelque chose de subi. J’ai mis des mots sur mes sentiments, je me suis ouvert aux autres et par ricochet j’ai plus apprécié la vie.

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !

    Vous voulez suivre l’actualité de SOS Villages d’Enfants ?

    Merci de saisir votre adresse email :

      Votre inscription est bien enregistrée !

      Un e-mail automatique de confirmation vient d’être envoyé à l’adresse indiquée (cela peut prendre quelques minutes).

      Si vous ne recevez pas votre e-mail de confirmation dans votre boîte de réception, pensez à vérifier vos courriers indésirables ou spams.

      Nous vous remercions très chaleureusement de votre intérêt pour nos actions et pour la cause que nous portons.

      À bientôt,
      SOS Villages d’Enfants