L'édito de Florian - SOS Villages d'Enfants

L’édito de Florian

Je m’appelle Florian. J’ai 16 ans.

 

J’ai toujours rêvé de travailler dans la police, dans la Brigade Rapide d’Intervention. Être du côté du citoyen, me rendre utile, c’est un métier qui me touche.

Le problème c’est que je n’ai jamais aimé l’école. J’ai été renvoyé plusieurs fois. Je n’aime pas être assis et attendre que ça passe… Par contre je me vois bien assis dans une voiture rapide, comme la Subaru en photo, et surveiller la circulation.

 

Et puis il y avait mes colères d’enfant. Quand j’en avais, il ne fallait pas me calculer et attendre que je me calme.

 

Aujourd’hui, j’ai compris qu’il fallait travailler et garder mes colères en moi. J’y arrive bien maintenant et ma copine m’aide. Je veux vraiment aller au bout de mon projet. Je me suis rapproché de mes trois sœurs. J’ai été élu à l’EVCJ*. J’aime bien porter des propositions des enfants et des jeunes et créer le débat et ça marche.

 

La prochaine étape pour moi c’est de devenir Adjoint de Sécurité de la Police Nationale et de suivre la filière pour entrer dans la police. En attendant, je prépare un CAP d’ébénisterie. Je vis à la Maison des ados du village. On se prépare à devenir autonomes. On a un budget chaque lundi pour acheter de quoi manger. On fait notre cuisine, notre ménage, on s’organise. Je me lève tous les jours à 5h00.

 

J’ai toujours sur moi l’alliance de mon grand-père, comme un porte-bonheur.

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !

    Vous voulez suivre l’actualité de SOS Villages d’Enfants ?

    Merci de saisir votre adresse email :

      Votre inscription est bien enregistrée !

      Un e-mail automatique de confirmation vient d’être envoyé à l’adresse indiquée (cela peut prendre quelques minutes).

      Si vous ne recevez pas votre e-mail de confirmation dans votre boîte de réception, pensez à vérifier vos courriers indésirables ou spams.

      Nous vous remercions très chaleureusement de votre intérêt pour nos actions et pour la cause que nous portons.

      À bientôt,
      SOS Villages d’Enfants