Una, 17 ans, souhaite se former pour trouver un emploi

Una, 17 ans, est déterminée à faire ses preuves sur le marché du travail

village d'enfants SOS de SarajevoUna* ne se laisse pas décourager par le taux de chômage élevé des jeunes en Bosnie-Herzégovine. Elle développe ses compétences et saisit toutes les opportunités d’acquérir de l’expérience. Malgré son enfance difficile, elle est confiante et pense pouvoir atteindre ses objectifs.

 

Una, 17 ans, est une jeune femme active avec beaucoup de persévérance, d’énergie et d’idéalisme. Elle se sent plus heureuse quand elle peut aider les autres.

Una est venue vivre au village d’enfants SOS de Sarajevo, en Bosnie-Herzégovine, à l’âge de 15 ans.

« Je me suis immédiatement adaptée parce que je voulais une famille comme celle-là », dit Una en anglais courant. Avant, elle n’avait vécu qu’avec son père. « Cette famille est entrée dans ma vie au bon moment. »

Elle a vécu avec sa mère SOS Edina et ses « frères et sœurs SOS » pendant un an avant d’emménager à la maison des jeunes SOS. Mais elle a gardé contact avec Edina et elle vient souvent lui rendre visite :  » J’ai une vraie relation avec elle et nous parlons beaucoup « .

 

La formation à l’emploi comme investissement dans l’avenir

 

Una sait qu’elle est à un âge où elle doit commencer à se préparer à une vie indépendante. La préparation au marché du travail est l’une de ses priorités. Au cours des deux dernières années, elle a suivi une formation sur l’employabilité et les compétences au YES Center, le Youth Empowerment Services Center, ou centre de services pour l’autonomisation des jeunes, de SOS Villages d’Enfants, à Sarajevo.

Les cours couvraient des sujets tels que les compétences en communication, la présentation, la gestion du temps, la conscience de soi, l’estime de soi, la rédaction de CV ainsi que l’informatique et l’allemand.

 

L’investissement dans le développement de ses compétences et aptitudes a déjà porté ses fruits.

« Apprendre au YES Center vous aidera à trouver un emploi. Cela vous rendra plus fort et vous préparera au marché du travail « , dit Una. « J’ai déjà eu des premiers emplois où j’ai acquis de l’expérience. »

Una a eu plusieurs emplois d’été, dans une société de production, dans une station-service et dans un hôtel. Chaque expérience est précieuse pour elle – elle veut apprendre le plus possible dans tout ce qu’elle fait.

« Avant, il n’y avait rien sur mon CV. Je ne savais pas ce qu’était un CV. Maintenant, il est plein. Lors des entretiens d’embauche, j’aurai quelque chose à dire maintenant « , dit-elle.

Elle se souvient aussi du sentiment particulier qu’elle a ressenti lorsqu’elle a été payée pour son travail pour la première fois. « C’est mon travail et mon argent. C’est bien d’acheter quelque chose avec mon propre argent », dit-elle.

 

Pour compléter son éducation, Una fait aussi du bénévolat. Elle fait partie d’une organisation de jeunesse à but non lucratif qui défend et soutient les jeunes pour les encourager à devenir des participants actifs dans la vie publique.

« J’aime faire du bénévolat. Je suis heureuse d’avoir l’occasion d’aider les gens et de défendre leurs intérêts. Et même si je ne suis pas payée, j’acquiers de l’expérience. »

 

Des qualifications professionnelles multiples

 

Una fréquente actuellement une école secondaire où elle suit une formation de technicienne dentaire. Bien qu’elle soit douée dans ce domaine, elle sait que la demande pour cette profession est limitée dans son pays.

Pour élargir ses options à l’avenir, elle cherche à acquérir des qualifications supplémentaires. Elle espère qu’avec l’aide du YES Center, elle pourra trouver une bourse pour payer une formation pour devenir maquilleuse. Son but ultime, cependant, est de devenir physiothérapeute.

Bien que plus de 40% des jeunes soient au chômage en Bosnie et que beaucoup cherchent à quitter le pays à la recherche d’opportunités, Una est optimiste quant à son avenir.

« Je sais que je travaillerai. Ce n’est pas important ce que je fais tant que c’est quelque chose de digne » , dit-elle. « Tout travail est le bienvenu. Je sais que je vis dans un pays où je ne peux pas choisir. Mais je n’abandonnerai pas. »

 

Prendre la parole au nom des jeunes qui quittent le système de protection de l’enfance

 

Una participe aux efforts de plaidoyer en faveur des jeunes qui quittent la protection de l’enfance.

« Quand je quitterai le système, je n’aurai plus le soutien de l’État. Ce n’est pas juste. L’État a une responsabilité envers nous – envers moi et les autres enfants pris en charge par l’État. En tant que jeunes quittant le système de protection de l’enfance, nous voulons dire « Nous existons. Nous avons besoin de soutien ». »

Malgré les moments difficiles de son enfance, Una croit en elle : « J’ai eu beaucoup de problèmes dans la vie. Mais après tout, je suis une personne forte. J’ai appris à ne pas me taire. Je dis toujours ce que je veux dire et ce que je veux. Maintenant, je suis forte. Je suis invincible. »

 

*Le prénom a été modifié pour des raisons de confidentialité

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !