S'ouvrir au monde pas à pas - SOS Villages d'Enfants

S’ouvrir au monde pas à pas

 

Quand Taras est triste, il embrasse le chat de la famille. Le garçon timide de huit ans a de nombreuses raisons d’être triste. SOS Villages d’Enfants s’efforce de faire de redonner le sourire à Taras.

 

Taras vit avec sa mère Darya et son frère Oleg, âgé de dix ans, dans un appartement d’une pièce loué à Kiev. Ils ont quitté l’Ukraine centrale peu après que Darya ait divorcé du père des garçons.

 

Elle espère qu’à Kiev, elle trouvera un bon emploi pour subvenir au besoin de sa famille et couvrir les besoins médicaux de Taras. Le petit garçon est né avec une maladie qui nécessite un régime alimentaire spécial et de fréquentes hospitalisations pour sa rééducation.

 

À Kiev, la vie ne s’est pas déroulée comme Darya l’espérait. Elle ne pouvait travailler qu’à temps partiel, et l’argent qu’elle gagnait ne suffisait pas. Oleg le grand frère de Taras a commencé à développer des problèmes qui nécessitaient un traitement régulier. Taras est devenu plus renfermé et ne voulait presque plus quitter l’appartement. La jeune mère avait désespérément besoin d’aide.

 

 

En octobre 2018, Darya est venue à SOS Villages d’Enfants dans l’espoir d’obtenir de l’aide pour trouver un emploi. L’assistante sociale a déterminé que la famille avait besoin d’une aide complète et a proposé de l’inclure dans le programme de renforcement de la famille de l’organisation.

 

 

« Nous avons d’abord reçu une aide matérielle : de la nourriture et des lits superposés pour les enfants. J’ai bénéficié d’un soutien psychologique qui m’a été très bénéfique. J’ai commencé à mieux percevoir la situation, à reconnaître et à faire face à la réalité. Il est beaucoup plus facile de changer sa vie une fois que l’on accepte la réalité », dit Darya.

 

 

L’amélioration des conditions de vie a eu un effet positif sur les garçons, mais il reste encore beaucoup à faire. Ils ont bénéficié d’une aide psychologique individuelle, à laquelle leur mère a participé en tant qu’observatrice. « Cela m’aide à mieux comprendre mes enfants et pourquoi ils se comportent comme ils le font ». Darya ajoute qu’ils répètent toujours les exercices psychologiques à la maison et que l’amélioration du comportement des garçons est perceptible.

 

 

Actuellement, Darya travaille comme entraîneur de fitness et espère devenir nutritionniste et masseuse diplômée. Elle fait le lien entre ses choix professionnels et la santé de ses fils. « Taras et Oleg ont tous deux besoin de massages et Taras a également besoin d’un régime alimentaire particulier.

 

Si j’obtiens ces certificats, je pourrais le faire pour eux à la maison tout en continuant à travailler selon un horaire flexible ». Avec l’aide de SOS Villages d’enfants, Darya espère obtenir ses certificats d’ici la fin de l’année 2019.

 

 

Pour les enfants, l’étape suivante est leur socialisation. Les garçons ont du mal à se faire des amis car ils passent leur temps libre principalement à la maison. Bientôt, Oleg commencera à participer à des ateliers de groupe dans le centre social de SOS Villages d’enfants et poursuivra ses cours de violoncelle – un instrument qu’il a appris à aimer dès son plus jeune âge et qui lui permet d’apprendre la patience et la discipline.

 

 

Taras n’a pas encore décidé d’un intérêt extrascolaire et préfère la compagnie de Lesya, le chat Sphynx de la famille. « Elle n’est pas comme les autres chats, elle a besoin de vêtements », dit Taras en ajoutant que le fait de serrer Lesya dans ses bras fait disparaître sa tristesse. Il sourit à sa mère lorsqu’elle lui dit qu’il va bientôt lui aussi prendre part à des activités de loisirs au centre social de SOS Villages d’Enfants.

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !