Jessa a pu retrouver sa place de grande soeur - SOS Villages d'Enfants

Jessa a pu retrouver sa place de grande soeur

 

 

Jessa* aimait son petit frère Caleb*, âgé de deux mois, mais ses pleurs constants la rendaient malheureuse.

 

A 10 ans, elle a été contrainte de s’en occuper seule après la mort de leur mère en 2007. Son père étant décédé depuis longtemps, et ses proches refusant de subvenir aux besoins des enfants, Jessa était dépassée par la situation.
Elle essayait de consoler Caleb, mais souvent elle ne pouvait pas supporter ses pleurs. Parfois, sa seule solution pour faire face à la situation était de le laisser dormir dans le froid dehors la nuit.

 

« Le fait de devoir surveiller un bébé était trop compliqué pour moi », dit Jessa, qui a maintenant 23 ans. « Je pense qu’il pleurait beaucoup parce qu’il avait faim. Je le nourrissais une ou deux fois par jour avec de la nourriture que j’empruntais aux voisins. Parfois, nous n’avions rien à manger. Je me sentais seule, perdue et oubliée ».

 

Cinq mois plus tard, les voisins ont demandé à leur grand-mère d’accueillir les enfants, mais elle n’a pris que Caleb, tandis que Jessa est allée vivre chez un voisin. Sans revenus, s’occuper des deux enfants aurait été impossible pour elle.
Finalement, Jessa et Caleb ont été accueillis au village d’enfants SOS Buru Buru à Nairobi en 2010, après presque 2 ans de séparation .

 

Leur mère SOS, Mweniphe, raconte que lorsqu’elle a entendu pour la première fois l’histoire des enfants, elle est allée dans sa chambre et a pleuré. « Ils étaient en difficulté et j’avais besoin de les élever avec amour comme une mère le fait avec ses enfants », dit-elle.

 

Jessa était en sixième à l’époque, mais elle ne savait ni lire ni écrire et a donc dû retourner en CE1. La jeune fille de 23 ans a terminé le lycée en 2019, tandis que Caleb, 13 ans, est en cinquième année.

 

« Vivre dans le village d’enfants SOS est bon pour nous parce que nous avons une mère, de la nourriture, des vêtements, une école, des frères et sœurs », dit Jessa en aidant Caleb à faire ses devoirs. « Nous n’avions rien à la maison et là, je ne pouvais pas penser à mon avenir ni à ma passion. Maintenant, j’ai une bonne éducation. Je vais devenir enseignante et je m’intégrerai bien dans la société ».

 

 

*Les prénoms ont été modifiés

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !