Au Ghana, cinq enfants vulnérables trouvent du réconfort dans un foyer sûr - SOS Villages d'Enfants

Au Ghana, cinq enfants vulnérables trouvent du réconfort dans un foyer sûr

 

 

 

Effie*, 18 ans, Oko*, 16 ans, Adjo*, 14 ans, Naim*, 13 ans, et Esi*, 11 ans, viennent de la ville d’Agona Mankrong dans la région centrale du Ghana. Leurs deux parents sont en vie, mais ils souffrent d’une maladie mentale qui ne leur permet pas de s’occuper de leurs enfants.

 

L’oncle des enfants a tenté de répondre à leurs besoins avec ses faibles revenus puis a été contraint de renoncer. Affamés, les enfants sont allés vivre dans la rue, et ont commencé à mendier.

 

Effie et ses quatre frères et sœurs ne se souviennent pas combien de temps ils ont vécu dans la rue, livrés à eux-mêmes, en tentant de survivre. Mais ils savent que cela a duré longtemps.

 

En mars 2010, ils ont été secourus et placés au village d’enfants SOS de Kumasi.

 

C’est Patience Shine, mère SOS, qui les a accueillis dans son foyer. « Quand j’ai vu les cinq enfants pour la première fois, ils avaient l’air faibles et mal nourris », dit-elle. « Ils avaient besoin d’une alimentation équilibrée. Ils ont également eu beaucoup de difficultés à s’adapter à leur nouvelle maison. Certains restaient enfermés et ne voulaient pas communiquer avec les autres enfants de la maison. Pour les aider à s’intégrer, je me suis d’abord assurée que tous leurs besoins étaient satisfaits, ce à quoi ils n’étaient pas habitués. Je les ai aussi constamment encouragés à dire ce qu’ils pensaient. Et nous jouions régulièrement à des jeux afin de créer des liens », explique-t-elle.

 

Effie est l’aînée de sa fratrie biologique et aussi de la famille SOS. Elle est au lycée.

 

 

J’aime vivre ici parce que tout le village est comme une grande famille.

 

« Mais au début, le fait de rencontrer et de vivre avec des gens différents, avec une histoire différente a rendu notre adaptation difficile. », dit-elle.

 

 

Cette vulnérabilité chez les enfants et leur besoin de protection est ce qui a attiré Patience Shine.

 

 

Je suis devenue mère SOS il y a neuf ans en raison de ma passion, de ma compassion,

de mon empathie et de mon amour pour les enfants.

 

 

 « J’avais besoin de satisfaction professionnelle et je l’ai trouvée en élevant des enfants qui ont besoin de mes soins et de mon amour. », ajoute-t-elle.  

 

« J’aime que la famille SOS soit toujours là pour moi », dit Effie. « Et j’ai grandi très proche de mes frères et sœurs SOS. Tu ne peux pas dire entre nous qui sont les frères et sœurs biologiques. Aujourd’hui, nous avons tout ce dont nous avons besoin et nous ne manquons de rien. Nous avons aussi d’excellentes relations et savons que les gens se soucient de notre bien-être. Avant de rejoindre ma nouvelle famille, j’étais triste de voir mes frères et sœurs lutter pour survivre. J’ai perdu espoir jusqu’à ce que SOS Villages d’Enfants intervienne. J’ai grandi ici. J’ai appris à être sociable et à être fidèle à moi-même », explique-t-elle.

 

Effie est heureuse d’avoir maintenant la chance d’être une citoyenne productive dans sa collectivité.

 

« Je veux devenir économiste, apporter des changements dans le secteur bancaire ghanéen et dans l’économie ghanéenne en général », déclare t-elle. « Je suis très reconnaissante à ma famille SOS pour les soins et l’amour qu’ils m’ont prodigués à moi et à mes frères et sœurs. J’aimerais que les enfants n’abandonnent pas la vie, quelles que soient les circonstances dans lesquelles ils se trouvent, car j’ai maintenant réalisé qu’il y a de l’espoir pour tous dans ce monde. »

 

 

 

*Les noms ont été changés pour protéger la vie privée des enfants.

 

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !