Frances Ndiaye, infirmière en chef de SOS Villages d'Enfants en Gambie - SOS Villages d'Enfants

Frances Ndiaye, infirmière en chef de SOS Villages d’Enfants en Gambie

 

 

 

Depuis vingt ans, Frances Ndiaye travaille à l’hôpital SOS mère-enfant de SOS Villages d’Enfants en Gambie. Elle est aujourd’hui infimière en chef.

 

Voici son témoignage.

 

 

 

 

 

 

 

Quelles sont les principales maladies pour lesquelles vous traitez vos patients ?

 

Je m’occupe des services prénatals pour les femmes enceintes. Les cas que nous retrouvons le plus souvent sont le traitement de l’anémie, la vaccination pour prévenir le tétanos néonatal ainsi que les mères prénatales séropositives.

 

De plus, la clinique traite des maladies telles que les infections des voies respiratoires supérieures, qui sont fréquentes chez les enfants et d’autres maladies comme le diabète, l’hypertension ou encore la prévention du cancer du col de l’utérus.

 

 

Combien de patients voyez-vous chaque jour en moyenne ?

 

En moyenne, je dirais 25 patients par jour.

 

 

Quels sont les principaux défis associés au métier d’infirmière à l’hôpital SOS mère-enfant ?

 

Le principal défi est d’obtenir le consentement des conjoints. Par exemple, la plupart des maris ne sont pas favorables lors d’un test de dépistage du VIH, ce qui retarde parfois notre travail. 

 

 

Quelles sont les principales réussites de la clinique ?

 

Au fil des années, la clinique a accompli beaucoup de choses, et s’est réellement développée. Les premières années, nous prenions en charge seulement 20 ou 25 patients par jour car il y avait peu d’installations.

Aujourd’hui, nous disposons de plus de moyens: le laboratoire, le service de radiologie, l’aile de vaccination, la salle d’opération, le dépistage ou encore le traitement gratuit du cancer du col de l’utérus. Le nombre de nos patientes a augmenté de façon spectaculaire. Nous sommes ici pour servir les autres, et nous sommes heureux de voir que de nombreuses personnes de la communauté viennent se faire soigner ici. C’est un grand succès pour notre hôpital.

 

 

 

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !