SOS Villages d'Enfants célèbre les Mères SOS pour la Fête des Mères
SOS Villages d'Enfants

Mères SOS

Il y a des mères
qui font naître des enfants...
Il y en a qui les font renaître.

© Getty Images

Pour la fête des mères, offrez à des frères et sœurs blessés par la vie l’amour d’une mère SOS.

© iStock

En France, 144 000* enfants
sont séparés de leurs parents et placés sur décision du juge des enfants.

Parmi eux, trop de frères et sœurs sont séparés l’un de l’autre, faute de structures adaptées pour les accueillir ensemble.

Depuis 65 ans, SOS Villages d’Enfants se bat pour réunir ces fratries dans l’un des 17 villages SOS en France. Au sein d’une maison familiale, elles grandissent ensemble, sous la protection de l’une de nos 145 éducatrices familiales, appelées aussi « mères SOS ».

Donner de l’amour à ces frères et sœurs ayant bien souvent connu de graves carences affectives, elles ont choisi d’en faire leur métier. Auprès d’elles, ces enfants reçoivent toute l’attention et la tendresse indispensables pour bien grandir. Pour eux, c’est une véritable renaissance.

*DREES, 2019 – Chiffres 2017

17

villages d’enfants SOS

145

mères SOS

883

enfants et jeunes accueillis

6

ans passés en moyenne en villages d’enfants SOS

À l’occasion de la fête des mères,
offrez à ces enfants toute l’attention et la tendresse d’une mère SOS.

vous participez à la formation d’une mère SOS.

vous contribuez aux dépenses de fournitures scolaires pour un enfant.

vous participez à la prise en charge d’une fratrie.

(soit XX après déduction fiscale)

En faisant un don en faveur de SOS Villages d’Enfants, 75 % de son montant sont déductibles de votre impôt sur le revenu, dans la limite de 1 000 €. Au-delà, le taux est de 66 % dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable.

Aux côtés de leur mère SOS,
les enfants puisent confiance et force pour s’épanouir

© iStock

© iStock

© iStock

© iStock

Recevoir
de l’amour

Grandir
dans la chaleur
d’une maison
familiale

Reprendre
confiance et
se reconstruire

Retrouver
une vraie vie
d’enfant

Angélique

© SOS Villages d'Enfants

« Ces enfants ont vécu des choses qu’aucun enfant ne devrait vivre. »

« Donner de l’amour, j’en ai fait mon métier. Plus que n’importe quels autres, les enfants placés en ont besoin. Ils ont connu des choses terribles souvent très jeunes. Pour eux, je suis quelqu’un à qui ils peuvent s’attacher, un pilier, un repère. C’est essentiel pour qu’ils reprennent confiance en eux et trouvent un jour leur place. Câlins, bisous, écoute, petites attentions…, mais aussi règles de vie. Je les rassure et les guide, comme le ferait une maman. »

Angélique*, mère SOS au village SOS de Jarville

Lucas

© SOS Villages d'Enfants

« Notre mère SOS, elle fait des bisous comme une maman. »

« Je vis avec ma petite sœur dans une jolie maison. Angélique, c’est notre mère SOS, elle est très gentille avec nous. On fait des gâteaux avec elle. Moi, j’aime bien mettre la table parce qu’elle me fait un bisou sur le front quand j’ai fini. Et quand je suis triste, on fait un câlin. Elle me serre fort, fort, fort alors je ne me sens plus triste. Je l’aime beaucoup Angélique. »

Lucas*, 6 ans, placé avec sa sœur
au village SOS de Jarville

Hélène Romano

© SOS Villages d'Enfants

« Les mères SOS ont un rôle inestimable auprès des enfants »

« L’enfant placé, qui a bien souvent été victime de maltraitance, perd tous ses repères. Il est éloigné de sa chambre, de son école, de ses copains… Frères et sœurs deviennent donc ses ultimes liens avec sa vie d’avant et constituent une unité de vie irremplaçable (…). Le village d’enfants SOS accompagne cette dynamique de fratrie (…). Je veux aussi souligner la compétence des mères SOS. Ce sont des professionnelles extrêmement bien formées (…). Elles ont une qualité d’analyse remarquable et peuvent s’appuyer sur une équipe qui porte en permanence l’intérêt de l’enfant (…). »

Hélène Romano, Docteur en psychopathologie clinique,
psychologue clinicienne et psychothérapeute

*Photos, prénoms et citations ont été adaptés par soucis de confidentialité et de clarté.

On parle d’elles !

En 2018, l’émission « Je t’aime, etc. », animée par Daphné Bürki et diffusée sur France 2, consacrait une chronique aux mères SOS, ces femmes hors du commun.