TRIBUNE - Journée internationale des droits de l’enfant : le déni persiste - SOS Villages d'Enfants

TRIBUNE – Journée internationale des droits de l’enfant : le déni persiste

 

Aujourd’hui, 20 novembre, est célébrée la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, qui marque l’anniversaire de l’adoption de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) par l’Assemblée générale des Nations Unies, en 1989.  Ironie du calendrier, le premier match de la Coupe du Monde de football se jouera au Qatar le même jour. SOS Villages d’Enfants a donc écrit une tribune publiée dans le journal L’Humanité, signée par de nombreux acteurs associatifs, pour que cette journée réclamant l’effectivité des droits des enfants, encore si peu respectés dans le monde, ne leur soit pas volée.

 

 

TRIBUNE : Qui va gagner le vrai match du siècle le 20 novembre 2022 ?

L’idée que le coup d’envoi d’un événement controversé, qualifié de désastre humain et écologique par un nombre grandissant de personnalités et de fans de foot, occulte la Journée Internationale des Droits de l’Enfant, est intolérable. Car, malgré l’engagement solennel pris par l’Assemblée générale de l’ONU le 20 novembre 1989, le respect des droits de tous les enfants reste un combat de tous les jours, et les enfants demeurent les premières victimes des crises qui frappent nos sociétés et abîment les familles.

 

Tous les enfants du monde ont besoin de jouer pour se construire, et pas seulement au football, mais combien le peuvent réellement chaque jour avec insouciance ? Dans le monde, 1 enfant sur 10 est sans protection parentale ou en risque de la perdre, 1 enfant sur 4 vit dans un pays en conflit ou ravagé par des bouleversements majeurs[1], 160 millions d’enfants travaillent, dont 79 millions effectuent des travaux dangereux[2], 64 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne sont pas scolarisés[3], 1 milliard d’enfants sont « très fortement exposés » aux impacts de la crise climatique[4], et 12 millions de filles sont mariées de force chaque année et donc privées de la plupart de leurs droits, notamment celui d’être éduquées.

 

En France, 21% vivent sous le seuil de pauvreté[5], 1 enfant meurt tous les cinq jours sous les coups de ses parents[6] et chaque année plus de 50 000 enfants et adolescents sont victimes de violences physiques, sexuelles et psychologiques.

 

Dans notre pays, où 350 000 enfants bénéficient aujourd’hui d’une mesure de protection parce qu’ils sont en danger dans leur environnement social et familial, Emmanuel Macron, alors candidat à sa réélection en tant que Président de la République, déclarait le 2 avril dernier vouloir faire de l’enfance et de la protection de l’enfance l’un des enjeux majeurs de son quinquennat.

 

Il est temps de relever ce défi pour atteindre enfin, en France et dans le monde, le respect et l’effectivité des droits de tous les enfants. En cohérence avec les lignes directrice de l’ONU, notre pays doit mettre en place une véritable stratégie nationale pour l’enfance, globale et transversale. Ensemble, les pouvoirs publics, les associations, les enfants, les familles et tous les acteurs de la protection de l’enfance doivent continuer à œuvrer pour que chaque enfant ait le droit à une protection adaptée dans le cadre de la construction d’un projet auquel il doit pouvoir pleinement participer. Des moyens doivent également être alloués pour que chaque enfant ait droit à des soins adaptés, pour que chaque enfant ait le droit de vivre en famille ou avec ses frères et sœurs lorsque qu’une décision de suppléance parentale est prononcée, et pour que tous bénéficient de l’accompagnement pédagogique leur permettant de réussir leur scolarité, quelle que soit leur situation. 

 

Partout, l’un des droits de l’enfant le plus couramment bafoué est celui de pouvoir s’exprimer pour toute décision importante le concernant. C’est pourquoi l’élaboration des politiques publiques doit étroitement associer les enfants et les jeunes. 

 

Et parce que l’effectivité des droits de l’enfant n’est réelle que si tous les enfants dans le monde, et notamment ceux en situation de vulnérabilité, sont pris en compte, la France s’honorerait à rappeler sur la scène internationale qu’une attention constante et soutenue aux enfants et à leurs droits constitue un levier puissant pour amorcer un cercle vertueux vers l’atteinte des objectifs de développement durable et la paix. Depuis juillet 2021, et l’adoption de la loi de programmation relative au développement solidaire et à la lutte contre les inégalités mondiales, les droits de l’enfant constituent l’une des priorités déclarées de la politique de solidarité internationale de la France. Cette avancée dans les textes et les intentions, doit être accompagnée d’une augmentation des moyens pour développer des programmes permettant un meilleur respect des droits de l’enfant, à travers le monde. 

 

SOS Villages d’Enfants et de nombreux autres acteurs de la protection de l’enfance, plaident pour que les droits de l’enfant soient une priorité de la politique de coopération et de solidarité internationale de la France, et pour qu’à l’instar du marqueur « genre », un marqueur « droits de l’enfant » soit systématiquement adopté dans les projets de coopération internationale. 

 

Le 20 novembre, date symbolique et porteuse d’espoir pour les enfants du monde, ne doit pas leur être volé.  Cette victoire leur appartient plus qu’à tout autre.

 

 

 

Auteur-Signataire :

SOS Villages d’Enfants France – https://www.sosve.org/

 

Co-signataires :

Adrien SALLEZ, Directeur général -Association ASMAE Sœur Emmanuelle

Maxime ZENNOU, Directeur général – GROUPE SOS JEUNESSE – Délégué territorial aux Outre-Mer

Ludovic Levasseur, Directeur Général – Enfants d’Asie

Charles-Emmanuel Ballanger, Directeur Général International – Action Education

Didier Wallace, Directeur Général –  Fondation La Vie au Grand Air I Priorité Enfance

Véronique Jenn-Treyer, Directrice générale – Planète Enfants & Développement

Anouchka Finker, Directrice Générale – La Chaîne de l’Espoir

Anne-Marie Clément, Présidente – Fédération des Comités Alexis Danan – Pour la protection de l’enfance

Marie-Pierre Pernette, Déléguée générale – Anacej

Marie Noëlle PETITGAS, Présidente – ANAMAAF

Jérôme Voiturier, Directeur général – UNIOPSS

Julien BLOT, Président – GEPSO

Olivier Duval, Président – Bureau International Catholique de l’Enfance (BICE)

Vincent Dennery, Directeur – Fondation pour l’Enfance

Patrick Baudouin, Président – Ligue des droits de l’Homme (LDH)

Thierry Rombout, Directeur général – l’Union pour l’Enfance

Noanne Tenneson, Directrice Générale – A.A.D.H, l’Alliance des Avocats pour les Droits de l’Homme

Yolaine Guérif, Directrice générale – PARTAGE

Maxime Hugeux, Responsable de programmes – ECPAT France

Jean-Luc Rongé, Président – Défense des Enfants International – France

Jean-François Joanny, Président – Association Les Amis des enfants du Monde

Marie-Martine BERNARD, Présidente – Fédération Internationale pour l’Education des Parents

Franck Chekroun, Président – Fédération du Scoutisme Français

 

[1] UNICEF, 2018

[2] OIT

[3] Unesco 2020

[4] UNICEF, 2021

[5] INSEE, 2018

[6] IGAS, 2019

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !

    Vous voulez suivre l’actualité de SOS Villages d’Enfants ?

    Merci de saisir votre adresse email :

      Votre inscription est bien enregistrée !

      Un e-mail automatique de confirmation vient d’être envoyé à l’adresse indiquée (cela peut prendre quelques minutes).

      Si vous ne recevez pas votre e-mail de confirmation dans votre boîte de réception, pensez à vérifier vos courriers indésirables ou spams.

      Nous vous remercions très chaleureusement de votre intérêt pour nos actions et pour la cause que nous portons.

      À bientôt,
      SOS Villages d’Enfants