SOS Villages d'Enfants participe au grand débat des enfants

SOS Villages d’Enfants participe au Grand Débat des enfants


Le 20 mars dernier, la Cité des Enfants à Paris a été le théâtre d’un grand débat national réunissant une centaine d’enfants âgés de 8 à 17 ans venant de plusieurs associations dont
SOS Villages d’Enfants, l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (Anacej), le Scoutisme français. Adrien Taquet, Secrétaire d’Etat en charge de la protection de l’enfance, et Brigitte Macron étaient présents pour échanger avec les enfants sur leurs préoccupations et écouter leurs recommandations.

 

Venus de toute la France, les enfants ont d’abord travaillé pendant une heure, au sein de 4 ateliers thématiques : Être solidaire, Lutter contre les violences, Je suis citoyen et Préserver la planète. Parmi eux : 20 enfants et adolescents de 8 à 17 ans des villages d’enfants SOS de Marseille, Busigny, Persan, Sainte-Luce-sur-Loire, Châteaudun et Marly.

 

L’objectif de chaque atelier : faire ressortir deux questions qu’ils poseraient ensuite au ministre.

 

SOS Villages d’Enfants, associée à la co-construction de cette journée en partenariat avec l’Anacej et le Scoutisme Français, animait l’atelier sur les solidarités. Après une réflexion autour du concept de solidarité, les enfants ont échangé et fait émerger de nombreuses questions et propositions autour de la solidarité :  sans abri, inégalités homme-femme, inégalités enfants-adultes, migrants… En fin d’atelier, ils avaient la possibilité d’écrire sur des post-it sur tout ce qu’ils pensaient que les adultes ne font pas.

 

Un débat riche

Brigitte Macron a ouvert ce Grand Débat, en expliquant que tout ce qui sera dit dans le débat et ce qui a été fait dans les ateliers sera pris en compte :« Grâce à ce que vous pensez et ce que vous nous dites nous allons pouvoir progresser ».

Le Secrétaire d’Etat les a invités à exprimer les rêves qu’ils ont pour l’avenir. Il a également rappelé que cette année on fêterait en novembre les 30 ans de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant (CIDE).

Puis place aux deux heures de débat, les enfants très lucides ont beaucoup de choses à dire. Ils ont parlé de leurs rêves mais aussi de leurs colères et ont fait des propositions concrètes au Secrétaire d’Etat.

 

 

De nombreux thèmes ont été abordés :

– Le harcèlement scolaire : « Il faut sensibiliser les enfants avant le collège parce que le harcèlement ça commence dès le plus jeune âge » Noah*.

– L’écologie (tri sélectif, transport en commun, pollution) : « Des humains ont réussi à créer un continent de plastique dans la mer. Des animaux ne devraient pas mourir à cause des humains ».

– Le racisme : « Je ne sais pas si le racisme fait partie du harcèlement mais je voulais dire qu’il faut arrêter de se moquer de la couleur de peau des autres » Baptiste*. 

– Les inégalités homme-femme : Justine, par exemple, ne comprend pas pourquoi « les femmes travaillent parfois plus que les hommes mais gagnent moins », proposant une loi pour obliger à aligner les salaires.

Maëva*, 10 ans, clôt le débat : « On se demande pourquoi on ne sensibilise pas plus les enfants et plus tôt aux différentes inégalités ? » 

 

Donnons-leur la parole !

La participation des enfants et des jeunes à la construction des politiques publiques est l’un des axes essentiels de plaidoyer de SOS Villages d’Enfants.

Leurs travaux, idées et productions serviront à alimenter le pacte pour l’enfance qui sera présenté par Adrien Taquet cet été et viendront irriguer les contributions des citoyens dans le cadre du Grand Débat

 

 

 

*Les prénoms des enfants ont été changés