Sommet Humanitaire Mondial : Placer l'enfant au cœur de l'action humanitaire - SOS Villages d'Enfants

Sommet Humanitaire Mondial : Placer l’enfant au cœur de l’action humanitaire

SOS Children's Village Conakry

Le premier Sommet Humanitaire Mondial (WHS) a débuté à Istanbul le 23 mai 2016. SOS Villages d’Enfants International fait partie des 5000 représentants des gouvernements, organisations humanitaires et communautés touchés par les crises humanitaires, qui se rencontreront pendant deux jours pour mettre en place « un nouveau programme d’action pour l’humanité ».

 

SOS Villages d’Enfants encourage les leaders mondiaux à placer l’enfant au cœur de l’action humanitaire. Quelques précisions sur le Sommet et les attentes de l’association :

 

Qu’est-ce que le Sommet Humanitaire Mondial ?

Le Sommet a été initié par le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, en réponse à l’augmentation sans précédent du nombre de personnes touchées par les catastrophes naturelles et les conflits. Selon les Nations Unies, 80 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire – jamais le monde n’a connu autant d’êtres humains en souffrance depuis la deuxième guerre mondiale. Le nombre de personnes déplacées de force atteint presque les 60 millions, la moitié d’entre elles ont moins de 18 ans.

 

Un des objectifs du Sommet Humanitaire Mondial est de re-déterminer et re-vivifier nos engagements – et cela pour les générations futures – pour sauver les vies et soulager la souffrance humaine à travers le monde.

 

Son objectif :

Le travail des parties prenantes au Sommet sera de produire un e
nsemble d’engagements spécifiques, concrets et réalistes
pour permettre aux pays et communautés de mieux se préparer face à des situations de crise.

 

5 responsabilités ont été identifiées sur lesquelles il faut agir pour placer l’humanité au cœur des prises de décisions mondiales :

  • Empêcher et mettre fin aux conflits
  • Respecter les règles de guerre
  • Ne laisser personne de côté
  • Travailler différemment pour mettre fin aux besoins
  • Investir dans l’humanité

 

Une répartition incomplète de l’aide

Tandis que des dizaines de millions de personnes en situation de crise reçoivent un soutien humanitaire, des millions d’autres n’ont accès à aucune aide ni protection. Ce nombre continue d’augmenter et les enfants représentent un fort pourcentage de ceux qui ne reçoivent pas d’aide ou une aide inadaptée.

 

Selon les statistiques publiées par l’Union Européenne, 90 000 demandeurs d’asile en Europe en 2015 étaient des mineurs non accompagnés. De plus, une nouvelle étude de l’Unicef montre qu’environ 1 enfant sur 4 en âge d’aller à l’école vit dans un pays touché par une crise humanitaire.

 

Les enfants en priorité

katerina ilievska 7Carsten Völz,  Directeur des opérations à SOS Villages d’Enfants International déclare, à propos de la mission du Sommet : « Pour prétendre à la réussite, le Sommet Humanitaire Mondial doit faire une priorité de la protection des plus jeunes et des plus vulnérables dans l’aide d’urgence humanitaire d’aujourd’hui. Les enfants sont les victimes silencieuses des conflits et endurent le poids de la séparation, des négligences, des mauvais traitements et des traumatismes. Et pourtant, l’avenir leur appartient ! »

 

Cependant, SOS Villages d’Enfants est soucieux de la trop faible attention donnée aux besoins spécifiques des enfants dans les champs de responsabilités proposés par les Nations Unies. La délégation de l‘association au Sommet Humanitaire Mondial va sensibiliser et demander des engagements sur les difficultés rencontrées par les enfants et les jeunes lors d’une situation de crise.

 

SOS Villages d’Enfants est prête à partager et promouvoir ses bonnes pratiques, développées à travers son travail dans 134 pays et territoires. Au sein de ses propres programmes, l’association répond à un ensemble unique de menaces rencontrées par les enfants en situation d’urgence. Celles-ci peuvent aller de la séparation familiale à l’enrôlement par des forces armées et requièrent une attention particulière.

 

« La seule certitude dans l’aide humanitaire c’est qu’une intervention rapide est critique pour la réussite d’une action de secours, de rétablissement et/ou de prévention. Il y a des similarités avec le fait d’élever un enfant : depuis le commencement, cela nécessite un engagement de prise en charge à long terme, un investissement dans l’éducation et aussi de donner aux enfants un espace pour grandir et avoir un mot à dire concernant leur avenir », ajoute Mr Völz.

 


« Ne laisser personne de côté »

BA3A6116_DxO2Bien sûr, ce ne sont pas que les enfants qui peuvent être laissés de côté. SOS Villages d’Enfants a rejoint un groupe de partenaires pour promouvoir et développer une Charte pour l’Inclusion, qui cherche à s’assurer qu’aucun groupe vulnérable ne soit laissé de côté dans l’avancement de l’aide humanitaire et du développement,  en raison de son âge, ses incapacités, ses origines ou d’autres raisons. SOS Villages d’Enfants portera la parole de cette Charte au Sommet Humanitaire Mondial.

 

La responsabilité des gouvernements

Mr Völz insiste sur le fait que la responsabilité des communautés internationales, en particulier des gouvernements, ne devraient pas s’arrêter au Sommet Humanitaire Mondial.

« Les gouvernements devraient être tenus pour responsables lorsqu’ils échouent à prendre soin et à protéger les droits des enfants vulnérables, comme demandé dans les lois reconnues par quasiment toutes les nations. Nous ne devrions jamais avoir honte d’utiliser les outils juridiques pour forcer les gouvernements à respecter leurs engagements, ni de leur rappeler que les fils barbelés et les frontières fermées ne constituent pas une politique humanitaire ».

 

Un événement spécial pour SOS Villages d’Enfants

Pendant le Sommet, SOS Villages d’Enfants, en partenariat avec d’autres organisations spécialisées dans l’aide à l’enfance, co-parraine un événement parallèle intitulé «  Ne pas laisser d’enfants sans protection : le développement de l’enfance à travers la Division Humanitaire et Développement ».

Il rassemble des porte-parole des droits de l’enfant pour l’association, des représentants des gouvernements et des agences des Nations Unies pour présenter des solutions afin de protéger les enfants en situation d’urgence.  

 

Cet événement est animé par l’ancien Premier ministre anglais Gordon Brown, qui est également l’ambassadeur de l’ONU pour l’éducation mondiale.

Un facteur déterminant dans la mise en place de cet événement est le « Partenariat mondial pour éradiquer la violence envers les enfants » dans lequel SOS Villages d’Enfants International est un membre actif. La directrice du Partenariat, Susan Bissell, est l’une des intervenantes de l’événement.

 

logo_world-humanitarian-summit

 

Crédits photos (dans l’ordre) : Christian Lesske / Katerina Ilievska / OCHA – Charlotte Cans

 

 

 

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !