Sécheresse en Afrique de l’Est, les réponses de SOS Villages d’Enfants

 

eastafrican_final_droughtfamine_final_21-03-17Suite à la sécheresse de l’année 2016 qui a touché environ 50 millions de personnes dans 27 pays d’Afrique, l’Ethiopie, le Kenya, la Somalie, le Somaliland et le Soudan du Sud doivent faire face à une nouvelle vague d’insécurité alimentaire. SOS Villages d’Enfants a lancé des programmes d’aide d’urgence en Ethiopie, au Malawi et au Soudan du Sud pour aider les communautés à proximité des villages.

 

 

 

L’aide d’urgence de SOS Villages d’Enfants se concentre sur l’assistance alimentaire, la protection des enfants sans soutien parental et le suivi nutritionnel. En fonction des besoins, des abris temporaires peuvent être fournis pour les enfants en danger et les familles. La sècheresse et les conditions humanitaires dans les pays voisins sont aussi contrôlés afin d’évaluer la nécessité d’une réponse plus large.

 

 

ETHIOPIE

 

La deuxième année de sécheresse consécutive a laissé 8,5 millions d’habitants dans une situation alimentaire critique dont souffrent notamment 3,6 millions d’enfants, de femmes enceintes ou allaitant. Près de 2 millions de foyers sont sur le point de perdre leur bétail, source de revenu vitale pour les familles en milieu rural. Les zones les plus impactées sont l’Est et le Sud-Est du pays, notamment la région de Shabelle à la frontière somalienne qui connait sa pire sécheresse depuis 50 ans. A la fin de l’année 2016, SOS Villages d’Enfants a lancé une réponse d’urgence et un programme de réhabilitation dans les zones de Harar et Gode, au Sud-Est du pays, en collaboration avec les agences locales et les partenaires internationaux afin de fournir une aide vitale et aux familles les plus en difficulté de subvenir à leurs besoins.

 

Ce programme inclus :

  • La distribution de graines aux familles en milieu rural
  • La sensibilisation aux droits de l’enfant
  • La distribution d’eau à plus de 16 000 personnes 

 

 

KENYA

 

Parmi les 46 millions de Kenyans, environ 3,5 millions ont besoin d’une assistance humanitaire, dont près de 360 000 enfants, femmes enceintes ou allaitant souffrant de malnutrition.  La perte du bétail entraînée par la raréfaction de l’eau a des conséquences à la fois sur les réserves alimentaires et les sources de revenu des familles. SOS Villages d’Enfants travaille dans trois communautés dans le comté de Marsabit au Nord du pays, l’une des régions les plus affectées, où le manque d’eau et de nourriture est un risque majeur pour les enfants. Beaucoup de familles vivent avec moins d’un dollar par jour.

 

MALAWI

 

Le gouvernement a déclaré l’état de sécheresse en 2016 avec 2,8 millions d’habitants faisant face à l’insécurité alimentaire. Les pluies saisonnières devraient améliorer les provisions alimentaires cette année, mais de nombreuses familles ayant bénéficié de l’aide de SOS Villages d’Enfants ont besoin d’une assistance plus poussée pour améliorer leur résilience sur le long terme.

SOS Villages d’Enfants a lancé un programme d’aide d’urgence en janvier 2017 pour soutenir les communautés autour des villages et les programmes à Blantyre, Lilongwe, Mzuzu et Ngabu. Le programme inclut la distribution de biens alimentaires ainsi qu’une assistance nutritionnelle pour 13 000 enfants et leurs dans les communautés touchées.

 

Soudan du Sud

 

L’instabilité politique, la violence et le manque de nourriture ont conduit près de 2 millions de personnes à se réfugier en Ouganda et dans les autres pays frontaliers, 2 autres millions de personnes sont déplacées à l’intérieur du pays. La moitié des 12 millions d’habitants doit faire face à un manque de nourriture. Le pays doit également faire face à une épidémie de choléra avec plus de 18 000 cas déclarés et des centaines de décès reportés cette année. 270 000 enfants souffrent de malnutrition sévère.

SOS Villages d’Enfants a lancé un programme d’urgence en juillet 2016 pour aider les familles à Juba et les familles à risque dans la communauté environnante qui a été affectée par des conflits sectaires dans la capitale.

La réponse d’urgence a entraîné la mise en place de mesures supplémentaires afin de renforcer les familles, installer des puits profonds pouvant fournir de l’eau a 10 000 personnes ainsi que distribuer des bons alimentaires. Le nombre de familles participants aux programmes de renforcement va doubler pour atteindre 120 et un espace spécialement conçu pour les enfants pouvant accueillir 120 enfants a ouvert à Juba.

 

La réponse d’urgence comprends également :

  • Un soutien psychologique et social 
  • Une formation auprès des parents pour identifier les signes de malnutrition et éduquer sur les besoins nutritionnels des femmes enceintes et allaitantes
  • La distribution de fournitures d’hygiène aux femmes participant aux formations
  • Une surveillance des besoins nutritionnels et sanitaires des enfants et la couverture de la plupart des soins médicaux pour ceux dans le besoin
  • Le paiement des frais de scolarité et des fournitures scolaire pour 140 enfants

 

 

SOMALIE/SOMALILAND

 

Environ 3 millions de personnes, soit un quart de la population, font face à l’insécurité alimentaire et 280 000 enfants de moins de 5 ans souffrent de malnutrition, dont 71 000 dans la catégorie à plus haut risque. Les prix élevés des produits de base affectent les familles mais aussi les programmes de SOS Villages d’Enfants. A Baidoa, dans la région centrale de Bay en Somalie, le centre médical de SOS Villages d’Enfants rencontre des difficultés pour subvenir aux besoins croissants dus à l’augmentation du nombre d’enfants malades et souffrant de malnutrition. L’hôpital de SOS Villages d’enfants à Mogadiscio rapporte une pénurie de fournitures médicales.

Le programme de réponse d’urgence à démarré au milieu de l’année 2017 avec un objectif de 900 foyers soutenus au Somaliland et 3 800 en Somalie soit un total de 28 000 individus.

 

Les priorités du programme sont :

  • Le suivi nutritionnel et le traitement des enfants de moins de 5 ans ainsi que des femmes enceintes et allaitantes
  • La distribution de coupons alimentaires pour 4 700 foyers
  • La distribution de fournitures hygieniques
  • L’apport de soins de bases pour les familles vulnérables.