Pendant ce temps en Macédoine… une histoire de Noël - SOS Villages d'Enfants

Pendant ce temps en Macédoine… une histoire de Noël

Photo : Katerina Ilievska« Peut-être que les enfants seront moins tristes s’ils savent que nous pensons à eux. »

 

Touchés par la situation des nombreux enfants réfugiés qui passent dans leur pays, Aleksandar, Jovanka et Irina, trois copains d’un village d’enfants SOS en Macédoine, ont décidé de leur préparer des cadeaux.

 

« J’ai vu à la télévision qu’il y avait beaucoup d’enfants qui avaient l’air triste. Pourquoi sont-ils tristes ? » demande Aleksander, 9 ans.

 

Tous les ans, les enfants de familles SOS en Macédoine reçoivent des cadeaux de la part de leurs mères SOS, de leurs proches et d’amis du village SOS. Cette année, Aleksandar a demandé s’il pouvait en donner quelques-uns aux enfants qu’il n’arrête pas de voir à la télévision.

 

Aleksandar sait ce que c’est qu’être triste. Il a lui aussi été très triste par le passé. Mais depuis quelques années, il grandit avec l’affection et l’attention de sa mère SOS Nathasha. Aleksandar, Jovanka et Irina sont tous les trois amis au village SOS. Quand Aleksandar a partagé son idée de cadeaux pour les enfants réfugiés, ses deux amies se sont tout de suite associées à lui…

 

Photo : Katerina Ilievska   Photo : Katerina Ilievska

« J’espère que cet ours en peluche sera offert à une fille, dit Irina. Ainsi elle saura que je l’aime autant que ma meilleure amie. »

« Les bonnets sont chauds. Ils ont des détails en rose, parfaits pour deux amies comme Irina et moi », dit Jovanka.

L’emballage des cadeaux

Quand le moment des paquets arrivent, Aleksandar a quelques conseils à donner à Irina : « Tu utilises bien trop de ruban adhésif, Irina. Les enfants qui devront ouvrir tes cadeaux vont mettre 5 jours à les ouvrir… »

 

« Je veux que les cadeaux soient des surprises. Ce n’est pas une surprise si tu vois ce que c’est avant même de l’avoir ouvert ! » se défend Irina…

 

« Cette voiture doit être super bien emballée. C’est quand même le plus beau cadeau… », dit Aleksandar.

Le temps des cartes de vœux

Après avoir emballé tous les cadeaux, les trois enfants confectionnent des cartes de vœux pour accompagner les cadeaux.

 

Photo : Katerina Ilievska

Voici quelques-uns des messages que l’on peut lire :

« De la part d’Alexsandar, 9 ans. A mon nouvel ami de Syrie. Bonne année ! »

 

« De la part d’Irina. A mon nouvel ami de Syrie. Je t’envoie un cadeau précieux pour moi. J’espère que tu joueras avec et que tu l’emporteras partout avec toi. Je ne t’ai peut-être pas dit mon prénom, c’est Irina. Je te souhaite une très belle année 2016 et j’espère que le Père Noël t’apportera beaucoup de cadeaux. »

 

« De la part de Jovanka. A mon nouvel ami de Syrie. Bonjour, je m’appelle Jovanka et je te souhaite de très vite pouvoir retourner dans ta maison. J’espère qu’un jour nous pourrons aller en Syrie ensemble et que nous pourrons jouer avec cette peluche que je t’offre. Même si nous ne pouvons pas y jouer ensemble, j’espère que tu y joueras quand même. »

 

« De la part d’Irina. A Rima. Je te souhaite une belle année. J’espère que ce chapeau gardera ta tête au chaud pendant ton voyage. »

 

Mais Aleksandar s’inquiète : « J’espère que les enfants seront contents de leurs cadeaux. C’est toujours difficile de faire un cadeau. On n’obtient pas toujours ce qu’on veut. ».

Le message d’Alexsandar, Irina et Jovanka aux enfants du monde

« Je leur souhaite d’avoir assez d’argent pour s’acheter ce qu’ils veulent », répond Aleksandar.

« Je leur souhaite que leurs parents soient toujours en vie et en bonne santé », dit Irina.

« Je leur souhaite que tous leurs vœux se réalisent ! », terminent Jovanka.

 

 

Photos : Katerina Ilievksa

 

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !