Laos : Fournir un endroit sûr pour les enfants touchés par les inondations. - SOS Villages d'Enfants

Laos : Fournir un endroit sûr pour les enfants touchés par les inondations.

Quelques semaines après l’effondrement d’un barrage dans le sud-est du Laos, SOS Villages d’Enfants soutient des centaines d’enfants dont les familles ont été déplacées par la catastrophe et les fortes pluies de mousson.

SOS Villages d’Enfants Laos est l’une des premières organisations à avoir répondu à l’effondrement du barrage de Xe-Pian Xe-Namnoy le 23 juillet. SOS Villages d’Enfants Laos fournit de la nourriture et développe des activités récréatives et éducatives dans deux centres de la province d’Attapeu.

Le barrage était encore en construction et l’effondrement s’est produit pendant de fortes pluies, déclenchant une crue soudaine qui a submergé 13 villages en aval.

Plus de 13 000 personnes ont été touchées et des centaines de maisons ont été détruites dans le district de Sanamxay.. Des dizaines de personnes sont décédées ou portées disparues.

SOS Villages d’Enfants Laos mobilise du personnel en continu.

Soumata Dengchampa, directrice nationale de SOS Villages d’Enfants Laos, précise les conditions d’intervention et les besoins.

 

Quels sont les besoins urgents pour les enfants ?

Chaque jour, de plus en plus d’enfants viennent sur nos deux centres. Plus de 200 enfants viennent chaque jour aux collèges de Sanamxay et Mitsamphan.

Nous sommes très heureux que plus de 30 jeunes bénéficiaires de nos programmes à Vientiane, Xieng Khuang, Savannakhet et Pakse se soient portés volontaires pour aider sur les centres jusqu’à l’ouverture de leur école. Avec l’appui de nos collègues de SOS Villages d’Enfants Népal, qui a beaucoup d’expérience en matière d’intervention en cas de catastrophe, nous les avons formés pour qu’ils participent aux activités destinées aux plus jeunes enfants. Nos équipes de Vientiane et de Pakse sont aussi mobilisées et des enseignants interviennent pour fournir des activités éducatives aux enfants.

Les enfants de ces refuges ont actuellement besoin d’écoles. A l’avenir, nous devrons les soutenir dans leur éducation car 13 écoles de ces villages ont été endommagées ou détruites.

Il y a également d’autres défis comme l’alimentation et l’accès à l’eau. L’effondrement du barrage, le déversement des eaus des autres barrages, et maintenant les fortes pluies ont endommagé les infrastructures. Les camions de secours ne peuvent pas se rendre aux camps et la capacité des ponts ne peut accueillir que de petits véhicules. Nous utilisons des voitures pour aller aussi loin que possible, puis nous livrons de la nourriture et d’autres fournitures aux centres d’accueil par bateau.

 

Quelle est l’importance du rôle de SOS Villages d’Enfants dans cette situation d’urgence ?

Nous avons été l’une des premières organisations à obtenir l’approbation du gouvernement pour répondre à la catastrophe afin d’aider à fournir des soins aux enfants de ces villages. Les autorités demandent à d’autres organisations de se coordonner avec nous.

 

Quelle a été la gravité des dégâts dans les villages en aval du barrage ?

L’effondrement du barrage a touché 13 villages, et plus fortement encore 6 d’entre eux. Dans certains de ces villages, il n’y avait plus de maisons ou d’écoles. Les niveaux d’eaux sont encore élevés. C’est la saison des moussons au Laos et partout où il pleut. Les équipes de secours gouvernementales ne peuvent accéder à certains de ces villages que par hélicoptère.

 

Plusieurs semaines se sont écoulées depuis l’effondrement du barrage. Y a-t-il des signes d’amélioration ?

Les conditions sont encore pires qu’avant. Certaines des familles qui ont perdu leur maison vivent sur la route. . Les abris, sur un terrain plat, sont facilement inondables. Dans certains camps de fortune, il n’y a pas d’espace pour cuisiner et il n’y a pas assez de sanitaires. ‘L’eau potable manque aussi.

La saison des pluies cette année est très, très mauvaise. Du nord au sud du pays, les rivières sont inondées. Cela a rendu l’effort de secours à Attapeu très difficile.

 

Comment cela affecte-t-il les familles déplacées ?

. Les familles essaient de rentrer chez elles pour voir récupérer des affaires. C’est pourquoi les places en centres sont si importantes – pour offrir des activités et des possibilités d’éducation aux enfants et pour s’assurer qu’ils reçoivent une alimentation adéquate.

On constate que les enfants sont plus négligés, sans surveillance et affectés émotionnellement. Le risque de violence à l’égard des enfants est également plus élevé. Les enfants jouent dehors dans de l’eau sale et de la boue, ce qui augmente le risque de maladies. Il y a de l’eau et de la boue partout. Les enfants ont besoin d’endroits sûrs pour jouer et passer du temps, et où ils peuvent être en sécurité.

Beaucoup de ces familles cultivaient du riz ou du poisson pour gagner leur vie. Leurs rizières et fermes piscicoles sont maintenant couvertes de boue. Ces familles ont perdu leurs sources de revenu et d’alimentation. Dans les abris, ils reçoivent du riz et des conserves de poisson, mais il y a une pénurie de légumes frais. Et encore une fois, l’eau potable est un problème supplémentaire.

En raison de la catastrophe du barrage, il n’y a pas assez d’écoles pour tous les enfants car 13 écoles ont été endommagées ou détruites lorsque le barrage s’est brisé. Les familles ont également besoin d’une aide au logement. Selon les autorités locales, il faudra peut-être jusqu’à cinq ans avant que toutes les familles touchées puissent construire des maisons, en partie à cause des problèmes d’infrastructure dans la région.