Aide aux réfugiés : SOS Villages d'Enfants agit sur le terrain

Aide aux réfugiés : SOS Villages d’Enfants agit sur le terrain

rfugies_article_webEn réponse à la crise des réfugiés en Europe, SOS Villages d’Enfants apporte une aide directe aux enfants en Macédoine et en Serbie.  

 

« SOS Villages d’Enfants a une position légitime pour offrir son aide en répondant à des besoins urgents dans les pays d’accueil. Des milliers d’enfants se retrouvent aujourd’hui seuls dans un pays étranger, séparés de leurs parents au cours du voyage du désespoir. Nous ne devons pas détourner notre regard de cette détresse. Nous trouverons des moyens d’apporter notre part de soutien dans cette crise globale. » Richard Pichler, Secrétaire général de SOS Villages International  

 

En Macédoine, les besoins humanitaires sont énormes : alimentation, couverture, médicale, hébergement, protection contre la violence, les trafics et la corruption. 1 500 à 2 200 personnes arrivent chaque jour de Grèce. Le nombre de femmes enceintes et d’enfants non accompagnés est en augmentation.  

 

En Serbie, on note également une augmentation du nombre de femmes enceintes et d’enfants isolés, ainsi que de jeunes mères et de très jeunes enfants. Alors que la première vague de migrants était essentiellement constituée d’hommes voyageant seuls, la deuxième comprend davantage de familles. Près d’un quart de ces réfugiés sont des enfants. De janvier à juillet 2015, 15 280 mineurs ont été enregistrés, exposés à toutes les formes d’abus et d’exploitation.  

 

D’une manière générale, les structures publiques d’accueil d’enfants privés de soutien parental n’ont pas les capacités – en termes d’équipements, de professionnels, de traducteurs, de véhicules – pour faire face aux besoins.  

 

L’action de SOS Villages d’Enfants dans ces deux pays s’articule autour des pôles suivants :

  • Protection : espaces sécurisés pour les enfants, assistance aux enfants et aux mères de très jeunes enfants ;
  • Santé : soutien médical et psychosocial aux enfants, aux parents, aux familles ;
  • Sécurité alimentaire et nutrition : lait pour bébés, packs alimentaires pour les enfants de moins de 5 ans malnutris, nourriture adaptée aux déplacements ;
  • Hébergement et produits de première nécessité : lieux d’hébergement pour les enfants non accompagnés, couches, vêtements, couvertures, produits d’hygiène, toilettes mobiles, tentes, machines à laver, accès à Internet et aux outils de communication.  

 

SOS Villages d’Enfants agit en coordination constante avec le Haut Commissariat aux réfugiés, la Croix-Rouge, ainsi que d’autres ONG afin de s’adapter à une situation qui évolue sans cesse.  

 

SOS Villages d’Enfants Serbie ouvrira dans les prochains jours un espace d’accueil des enfants dans le Centre Info à Belgrade, situé sur la route qui mène aux gares ferroviaire et routière. Il sera géré par deux éducateurs.

 

Dans les deux prochains mois, SOS Villages d’Enfants Serbie fournira des packs de nourriture pour bébé, des couches et autres produits spécifiques pour les bébés et les petits enfants, ainsi que des packs hygiéniques pour les femmes, des couvertures et des manteaux de pluie.  

 

SOS Villages d’Enfants Macédoine sera bientôt opérationnelle dans deux unités de préfabriqués à l’intérieur du camp de réfugiés de Vinojug.

 

« Nous aurons deux équipes, chacune comptant trois personnes – un psychologue, un spécialiste du développement de l’enfant et un éducateur spécialisé – qui travailleront directement avec les enfants, les jeunes et les familles et coopéreront étroitement avec les autres organisations sur place », explique M. Zoran Bogdanovski, conseiller au plaidoyer de SOS Villages d’Enfants. « Nous allons également mettre en place un espace d’accueil des enfants. Un espace est déjà en place, exploité par une ONG locale et financé par l’UNICEF mais il en faut davantage étant donné les besoins. Les gens sur place nous indiquent que le nombre d’enfants handicapés augmente chaque jour. Le site n’a pas de lits pour les enfants atteints de paralysie cérébrale ou de crises d’épilepsie. Il n’y a pas de poussettes ni de fauteuils roulants adaptés aux enfants. En outre, le nombre d’enfants non accompagnés et d’enfants séparés de leur famille est en augmentation. »  

 

Dans le village d’enfants SOS de Skopje, une maison familiale sera adaptée pour accueillir jusqu’à cinq enfants non accompagnés en même temps.

 

« Nous pouvons faire en sorte que ces enfants, qui ont vécu un traumatisme énorme, aient un refuge sûr et paisible, et reçoivent tout le soutien nécessaire jusqu’à ce qu’ils retrouvent leur famille », dit M. Bogdanovski.

 

 

Crédit photo : Katerina Ilievska.
Légende photo : Une mère et son bébé au camp de réfugiés de Vinojug à la frontière entre la Grèce et la Macédoine.

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !