#MeTooInceste - SOS Villages d'Enfants

#MeTooInceste

Déclenché par la parution du livre de Camille Kouchner, le phénomène #MeTooInceste a rapidement pris une grande ampleur.

 

La question des violences sexuelles est un sujet dont l’association mesure toute la gravité, également consciente qu’un grand nombre des enfants que nous accueillons en ont été victimes. Réparer les blessures de l’inceste demande beaucoup de temps. Ce traumatisme peut affecter durablement la future vie d’adulte des enfants. En parallèle de ses actions de plaidoyer à travers lesquelles SOS Villages d’Enfants à toujours revendiqué une protection des enfants contre TOUTE forme de violence, l’association participait déjà à des campagnes de sensibilisation du grand public ou des enfants eux-mêmes en 2018 sur cette question des violences sexuelles. Le livret édité en partenariat avec Bayard jeunesse en est un exemple.

 

Nul doute que le sujet des violences sexuelles compte parmi les sujets les plus difficiles à aborder pour les professionnels, et notamment ceux de la protection de l’enfance. Un article de fond paru dans notre revue interne Mosaïque en décembre 2020 traitait de cette question. Nous le savons, il est difficile de détecter l’existence de ces violences, de savoir écouter, d’en parler et d’agir.

 

Depuis le #metooinceste, certains internautes réclament une formation obligatoire des professionnels de l’enfance sur la question des violences sexuelles. Au sein de notre association, cette formation a été mise en place en 2018. Son déploiement se poursuit en ce moment même à travers la formation de tous les professionnels en contact avec les enfants . Plusieurs d’entre vous ont sans doute déjà suivi la formation animée par Martine Nisse qui s’est spécialisée dans la prise en charges des victimes et des auteurs de violences dans un cadre social, judiciaire et thérapeutique. 

 

Dans le contexte actuel, l’écoute et la vigilance sont plus que jamais essentiels pour accueillir la parole des enfants et des jeunes que nous accompagnons.

 

Le phénomène #MeTooInceste est susceptible de générer des questionnements, des troubles ou des profonds malaises chez certains des enfants, jeunes ou familles que nous accueillons en villages d’enfants SOS ou que nous suivons dans le cadre des Programmes de Renforcement des Familles (PRF). Il pourrait être un accélérateur de la libération de la parole des enfants et jeunes et il faut que nous l’ayons tous à l’esprit.

 

Parmi ceux que nous accompagnons, nous savons que certains ont subi des violences sexuelles infligées par des parents ou des proches mais pour d’autres, nous ne le savons pas car ils n’ont pas encore réussi à mettre des mots sur ce qui leur est arrivé. Or, comme l’a rappelé Martine Nisse à l’occasion de l’article paru dans Mosaïque en décembre, un enfant ne se confiera pas, s’il ne sent pas l’adulte face à lui en mesure de recevoir ses confidences.

 

Observer, écouter et réagir avec professionnalisme s’impose alors à nous comme toujours. Faire part de ses difficultés, de ses doutes, de ses émotions à ses référents internes aussi car il en va de l’intérêt des enfants, mais aussi de nos propres équilibres qui pourraient se trouver ébranlés. 

 

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !

    Vous voulez suivre l’actualité de SOS Villages d’Enfants ?

    Merci de saisir votre adresse email :

      Votre inscription est bien enregistrée !

      Un e-mail automatique de confirmation vient d’être envoyé à l’adresse indiquée (cela peut prendre quelques minutes).

      Si vous ne recevez pas votre e-mail de confirmation dans votre boîte de réception, pensez à vérifier vos courriers indésirables ou spams.

      Nous vous remercions très chaleureusement de votre intérêt pour nos actions et pour la cause que nous portons.

      À bientôt,
      SOS Villages d’Enfants