Droit à l’éducation : Peut-on accepter que les enfants apprennent le labeur et la peur plutôt que la lecture ? - SOS Villages d'Enfants

Droit à l’éducation : Peut-on accepter que les enfants apprennent le labeur et la peur plutôt que la lecture ?

En France, le Haut Conseil de la Santé publique a pointé « une rupture des interactions sociales et de la scolarité. C’est particulièrement vrai pour les enfants pris en charge en protection de l’enfance, les mineurs isolés étrangers, les enfants en situation de handicap, la vulnérabilité étant accentuée par la mise au chômage partiel, les fermetures d’entreprise ou les licenciements ».

 

Combien d’enfants dans le monde sont livrés à eux-mêmes ou contraints de travailler aujourd’hui pour soutenir leurs familles ? L’UNESCO estime que 250 millions d’enfants sont déscolarisés sur le continent africain à cause de la COVID-19 et constate dans le même temps un accroissement alarmant de grossesses précoces ou de mariages forcés dans certains pays comme Madagascar.

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !

    Vous voulez suivre l’actualité de SOS Villages d’Enfants ?

    Merci de saisir votre adresse email :

      Votre inscription est bien enregistrée !

      Un e-mail automatique de confirmation vient d’être envoyé à l’adresse indiquée (cela peut prendre quelques minutes).

      Si vous ne recevez pas votre e-mail de confirmation dans votre boîte de réception, pensez à vérifier vos courriers indésirables ou spams.

      Nous vous remercions très chaleureusement de votre intérêt pour nos actions et pour la cause que nous portons.

      À bientôt,
      SOS Villages d’Enfants