Droit à l’alimentation : La faim peut-elle être une alternative à la COVID-19 ? - SOS Villages d'Enfants

Droit à l’alimentation : La faim peut-elle être une alternative à la COVID-19 ?

La crise sanitaire a généré des baisses ou pertes de ressources significatives pour les ménages partout dans le monde. Cette menace risque de peser plus longtemps que celle du virus parce que la crise économique mondiale sera difficile à juguler.

 

Près de 700 Millions de personnes dans le monde ne mangent pas à leur faim selon l’ONU. Et 6,7 millions d’enfants supplémentaires de moins de 5 ans pourraient souffrir de malnutrition aigüe en 2020 à cause des conséquences de la crise sanitaire³. L’attribution du prix Nobel de la paix au Programme Alimentaire Mondial dans ce contexte est l’occasion de rappeler la gravité de l’insécurité alimentaire qui va s’aggraver dans les prochains mois.

 

En Macédoine du Nord, la crise a marginalisé les familles les plus vulnérables et les enfants, même très jeunes, souffrent de la faim, ne mangeant souvent qu’une seule fois en fin d’après-midi.

 

En France, les 18-24 ans étaient déjà avant la crise sanitaire la tranche d’âge la plus touchée par la pauvreté.

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !

    Vous voulez suivre l’actualité de SOS Villages d’Enfants ?

    Merci de saisir votre adresse email :

      Votre inscription est bien enregistrée !

      Un e-mail automatique de confirmation vient d’être envoyé à l’adresse indiquée (cela peut prendre quelques minutes).

      Si vous ne recevez pas votre e-mail de confirmation dans votre boîte de réception, pensez à vérifier vos courriers indésirables ou spams.

      Nous vous remercions très chaleureusement de votre intérêt pour nos actions et pour la cause que nous portons.

      À bientôt,
      SOS Villages d’Enfants