L’accueil d’urgence

L’accueil en urgence résulte d’une situation de crise, qui peut être caractérisée par des passages à l’acte dont le mineur est l’auteur ou la victime et pour lequel un maintien dans son milieu habituel s’avère impossible. Cela suppose l’existence d’un danger ou d’un risque de danger physique ou moral.

 
  (notion d’accueil d’urgence en protection de l’enfance dans le Val d’Oise)

Pour répondre aux besoins des départements, SOS Villages d’Enfants a inclus dans son projet associatif la création d’un mode d’accueil en urgence, sécurisant et limité dans le temps (2 à 6 mois) pour des fratries. L’idée défendue par l’association SOS Villages d’Enfants est que la séparation de la fratrie dans le cadre d’un placement en urgence entraîne une double souffrance pour les enfants concernés : celle de la séparation parentale et trop souvent celle de la séparation fraternelle. Par ailleurs, le caractère urgent de la situation ne permet pas la préparation d’une solution adéquate pour la fratrie. Or les révisions de placements faits dans l’urgence sont rarement envisagées sous l’angle de la fratrie.

 

Le SAFI (Service d’accueil familial immédiat) a pour objectif d’offrir à des fratries qui doivent être placées en urgence un cadre d’accueil et d’observation des relations fraternelles permettant d’évaluer la pertinence du maintien du cadre de vie commun pour la fratrie.

 

Dès lors, la prise en charge au SAFI s’articule autour de trois axes :

  • Accueillir dans l’urgence : le SAFI a été conçu pour permettre aux enfants, malgré l’urgence de leur situation, de ne pas « désapprendre » à vivre ensemble, et pour éviter de provoquer chez eux un traumatisme supplémentaire : celui de la séparation fraternelle.
  • Observer et évaluer, orienter : un travail d’observation des enfants et de leur situation est mené par l’ensemble de l’équipe éducative. Cette évaluation est pluridisciplinaire et s’attache à la dimension individuelle (développement et besoins de chaque enfant) et collective (vie de la fratrie).
  • Accompagner le temps de la prise en charge : au-delà de la dimension de l’hébergement et de l’évaluation de la situation, la mission du SAFI est d’accompagner les enfants sur le plan de leur santé, de leur scolarité et de leur éducation durant la prise en charge. Dans la mesure du possible, la continuité est recherchée notamment en ce qui concerne la fréquentation de l’établissement scolaire, les suivis médicaux, les activités périscolaires lorsqu’elles existaient et les liens avec la famille. Au traumatisme de l’urgence qui caractérise les situations relevant du SAFI ne doivent en effet pas s’ajouter les ruptures dans tous les domaines de la vie de l’enfant.

 

A ce jour, trois établissements ont ouvert leurs portes : dans les villages d’enfants SOS de Persan, de Digne-les-Bains et de Calais.

Sur le plan éducatif

Les enfants placés dans le cadre d’une décision de protection de l’enfance sont ceux dont « la santé, la sécurité ou la moralité sont en danger, ou dont  les conditions d’éducation ou de développement physique, affectif, intellectuel et social sont gravement compromises. »

 

L’action éducative dans le cadre d’un placement a pour objet d’accompagner l’enfant dans son développement dans ses différentes composantes (physique, intellectuel, affectif et social) et de pourvoir à ses besoins fondamentaux (sécurité, alimentation, hygiène, santé). Cette action, menée à plus ou moins long terme, s’appuie sur les actes de la vie courante des enfants et s’organise autour les différents temps qui rythment la vie quotidienne : repas, coucher, toilette, devoirs, loisirs, culture, etc. 

 

Un éducateur spécialisé, référent de l’enfant au sein du village d’enfants SOS, veille à la cohérence et à la continuité de sa prise en charge éducative, en lien avec l’ensemble de l’équipe et des adultes concernés (parents et enseignants notamment).

Sur le plan sanitaire

Le plus souvent, les enfants accueillis dans les villages d’enfants SOS ont souffert de graves carences sur le plan de la santé et de l’hygiène, il est donc important de leur donner de nouveaux repères et de nouvelles habitudes sur ces aspects de leur développement.

 

Dès l’admission, un bilan de santé est progressivement réalisé pour chaque enfant. Les différents spécialistes de l’enfance (pédiatre, ORL, dentiste et orthodontiste, ophtalmologue, orthophoniste, rééducateur en psychomotricité…) sont consultés toutes les fois que cela est nécessaire pour établir un bilan médical complet et engager les soins. 

 

Les détenteurs de l’autorité parentale son,t dans la majorité des cas, signataires des autorisations pour les soins médicaux et sont toujours informés des traitements mis en œuvre pour les enfants.

Sur le plan psychologique

Un premier point (individuel et fratrie) est fait dès l’admission concernant le suivi déjà mis en place avant l’accueil au SAFI. Des entretiens cliniques réguliers sont proposés aux enfants par la psychologue du village d’enfants SOS. Ils y trouvent une écoute spécifique, facilitatrice de la parole, un lieu où ils sont accompagnés dans la reconstruction de leur histoire telle qu’elle puisse devenir supportable et structurante.

 

Une évaluation psychologique à l’aide de tests d’efficience intellectuelle et/ou de tests projectifs est possible pour préciser un projet psychopédagogique individuel ou une prise en charge spécialisée (orientation scolaire spécialisée, rééducation, psychothérapie…).

Les relations avec les parents

Selon les dispositions prévues au moment du placement des enfants, les familles sont accueillies pour rendre visite à leurs enfants et passer un moment avec eux. Si nécessaire, ces visites peuvent être réalisées en présence d’un éducateur, de la psychologue ou du chef de service éducatif.

 

Les communications téléphoniques entre les enfants et leurs familles sont organisées par les éducateurs sous la forme de « rendez-vous téléphoniques » à la maison commune.