Dérèglement climatique : SOS Villages d’Enfants a signé la lettre des ONG « Il est temps d’agir » - SOS Villages d'Enfants

Dérèglement climatique : SOS Villages d’Enfants a signé la lettre des ONG « Il est temps d’agir »

Dérèglement climatique : SOS Villages d’Enfants a signé la lettre  des ONG « Il est temps d’agir » Mercredi 9 septembre, SOS Villages d’Enfants assistait à la conférence « Dérèglements climatiques et crises humanitaires : comprendre et agir », organisée par le ministère des Affaires étrangères et du Développement international.

 

L’occasion pour plus de 60 ONG de remettre au ministre, Laurent Fabius, la lettre ouverte « Il est temps d’agir » qu’il remettra à son tour en décembre au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki Moon.

 

Cette conférence s’inscrit dans le cadre d’un cycle de conférences sur la question climatique menant à la COP21, qui aura lieu à Paris, du 30 novembre au 11 décembre prochains. De nombreux Etats seront présents. L’objectif de cette coopération internationale : aboutir à un accord universel juridiquement contraignant ayant pour but de maintenir le réchauffement climatique en dessous de 2°C.  

 

La question du dérèglement climatique est vitale. Elle menace la sécurité, la santé, le développement des populations et la paix du monde. Le ministre de commenter : « De la résolution de cette question dépend celle de toutes les autres questions. Aucune région du monde n’est épargnée par cette extrême urgence ». Un panel exclusivement féminin était présent pour évoquer des sujets universels. A noter les témoignages de Hindou Oumarou Ibrahim, tachdienne, de Runa Khan, bengladi, et de Elizabeth Perodo, bolivienne. Chacune ayant pu raconter les conséquences que les changements climatiques peuvent avoir dans leurs pays respectifs.

 

Génération de conflits

L’insécurité alimentaire peut générer des conflits qui ont un impact direct sur la sécurité des femmes et enfants que les maris sont contraints de laisser. La diminution voire la disparition des ressources, notamment l’eau, deviennent un enjeu que s’approprient des regroupements tels que Boko Haram ou Daech. « Quand le ventre est vide, la tête ne réfléchit pas », nous disait Hindou Ibrahim.

 

Génération de migrations forcées

« quand il ne reste plus rien, les gens cherchent une autre voie. La migration est une solution évidente. L’ampleur de ces migrations va excéder ce que nous connaissons actuellement « , prévient Monique Barbut.

En 2014, 87% des catastrophes naturelles recensées étaient liées au climat. Plus de 22 millions de personnes ont été déplacées en 2013 et 250 millions pourraient l’être d’ici 2050.

 

SOS Villages d’Enfants solidaire

En signant cette lettre, SOS Villages d’Enfants entend rester solidaire des ONG dont le travail est d’agir pour résoudre les problèmes directement liés aux changements climatiques. Il est important de se préoccuper de l’état de la terre que nous laissons à nos enfants et aux générations futures. C’est également l’occasion pour SOS Villages d’Enfants de se positionner en tant qu’ONG travaillant de son côté – et de plus en plus – à soutenir les populations touchées par les catastrophes naturelles, se retrouvant souvent sans abri. Populations souvent les plus vulnérables – femmes et enfants.

 

L’objectif de cet appel  des ONG : mettre en place des mesures pour éviter les crises humanitaires en s’attaquant aux causes du dérèglement climatique, notamment en cherchant à limiter le réchauffement en dessous de 1,5°C.

 

« Il n’y a pas de plan B parce qu’il n’y a pas de planète B » – Ban Ki Moon, secrétaire général aux Nations unies

 

Vous aussi, soyez solidaires,  signez la lettre !

 

 

Restez informés : abonnez-vous à notre newsletter !